129 Boulevard De Menilmontant, 75011 PARIS
06 15 03 00 69
01 83 87 33 57

Bénéfices attribués au pèlerinage hajj

Pour la tradition musulmane, le pèlerinage permet l’expiation et la rémission des grands péchés et petits péchés conformément à la parole de Mahomet rapportée par Boukhari : « Quiconque fera le pèlerinage sans avoir de rapport sexuel et sans commettre de grand péché est dégagé de ses péchés et redevient comme le jour où sa mère l’a mis au monde »; cela à condition que son intention soit sincère envers Dieu, que l’argent utilisé pour effectuer son pèlerinage soit licite et qu’il se préserve du grand pêché (fisq = perversion, la désobéissance à Allah). Par ailleurs, le pèlerin bénéficie à son retour d’un grand prestige au sein de la communauté des croyants24,25.

Le pèlerinage constitue une série d’efforts et de sacrifices, réunis, qui sont perçus comme une manière de « calmer son âme », c’est-à-dire de la maîtriser. En effet, il constitue une dépense financière importante pour nombre de pèlerins, un effort contre ses passions par la faim, la soif, le fait de veiller longtemps, de subir des épreuves, l’éloignement de son lieu de résidence, la séparation d’avec sa famille et ses amis26.

En ce qui concerne l’Islam lui-même : Il est également un moyen d’auto-légitimation dans l’ancrage de la tradition abrahamique. La circumambulation est présentée comme un retour au véritable culte monothéiste instauré par Abraham. La Ka‘aba, située au cœur de la mosquée al-Harâm, est le centre du pèlerinage et du culte, et symbolise aussi cet ancrage puisqu’elle aurait été bâtie par Abraham et son fils Ismaël. De plus, le fait que les prières soient orientées vers ce cube vide illustre le fait que nul autre que Dieu et, surtout, nul objet matériel n’est digne d’adoration ni ne peut faire l’objet d’un culte .