129 Boulevard De Menilmontant, 75011 PARIS
06 15 03 00 69
01 83 87 33 57

Fondation traditionnelle selon l’islam

On appelle généralement « Tradition musulmane » ou « islamique » « l’ensemble des textes produits ou enregistrés aux premiers siècles de l’islam »29. Selon le Coran et les hadith, la ville aurait été fondée avant la période islamique par Ibrahim et Ismaël. Dieu renouvelant solennellement son alliance en leur faveur convoque les hommes à « la Maison », al-bayt (البيت), transposition directe du syro-araméen bayta pour qu’ils adoptent « pour lieu de prière ce lieu où Abraham se tint » (s. 2/v. 125).

Cette tradition coranique correspond au dogme religieux selon lequel la première « demeure (bayt) divine » terrestre a été créée par Abraham à La Mecque30, affirmation qui atteste de la polémique entre Mahomet et la communauté judaïque de Médine, ainsi dépossédée de la figure patriarcale fondatrice désormais islamisée31.

Les récits anciens transmis par la tradition musulmane expliquent que c’est une source miraculeusement apparue grâce à une intervention divine qui est à l’origine de la ville. L’histoire rapportée par les Qisas Al-Anbiya (en), le Livre des Prophètes, rejoignant partiellement un récit de la Genèse32, explique que l’épouse d’Abraham (Ibrahim), Sarah (Śāra), exigea de celui-ci qu’il exile sa concubine Agar (Hajar) et l’enfant qu’elle lui a donné, Ismaël (Ismāʿīl)33.

Le patriarche s’exécuta et, au terme d’une longue marche, abandonna son enfant et sa concubine à la providence divine dans un endroit inhabité, désertique et sauvage. Agar chercha âme qui vive entre les collines de Safâ et Marwah mais c’est à une intervention de l’ange Gabriel (Djibril) qu’elle dut son salut : celui-ci lui apparut et donna un coup de talon sur le sol d’où jaillit la source connue aujourd’hui sous le nom de Zamzam33. La source attira bientôt des nuées d’oiseaux qui attirèrent à leur tour l’attention de la tribu de Jurhum à laquelle Agar donna accès à la source en échange de leur protection pour elle et son fils. Les membres de cette tribu, surnommée par l’historiographie musulmane les « Vrais Arabes », installèrent leur campement à cet endroit et sont considérés comme les premiers habitants de la Mecque33.

Ismaël, devenu un homme, prit pour épouse une Jurhum. Abraham vint le visiter une fois par an et, au cours de l’un de ses séjours, reçut l’injonction divine de construire le sanctuaire de la Kaaba. Les deux hommes se firent aider par les Jurhum qui se convertirent alors au monothéisme du Patriarche34.

La Mecque pré-islamique selon les traditions et légendes musulmanes 

L’histoire pré-islamique de La Mecque est assez obscure31. Dans les dernières décennies du xxe siècle, les vestiges antiques, médiévaux et modernes de la ville ont été détruits systématiquement et l’on ignore dès lors tout de son archéologie35. Cette histoire pré-islamique repose sur des traditions musulmanes tandis que plusieurs chercheurs remettent en cause l’existence de La Mecque à cette époque. Pour R. Simon, « Les spécialistes qui n’utilisent que les informations de la tradition musulmane, n’ont jusqu’à ce jour pas été à même de mettre convenablement au point la préhistoire de la Mecque. »36

Selon la tradition musulmane, son implantation ne devrait rien à une oasis. Cette singularité qui serait relevée par le Coran37 participerait de son caractère sacré, préexistant à l’implantation de l’islam. Mais, en vérité, la ville s’est probablement structurée dans cette région aride autour d’un point d’eau qui, d’ailleurs, existe toujours et qui est à l’origine de la Kaaba, lieu sacré où se seraient retrouvées les caravanes et les tribus. Et il reste la trace d’une divinité protectrice. Il accueille à proximité et à une date indéterminée un bétyle — une « demeure (bayt) du dieu (el) » — qui fait l’objet d’un pèlerinage aux environs de l’équinoxe de printemps31.

Reprenant la tradition musulmane, la Mecque serait, aux vie et viie siècles, un centre économique modeste au regard des grandes cités caravanières comme Palmyre et Pétra, ses ressources apparaissent limitées et on y souffre régulièrement de la faim29. Mais c’est un centre sanctuaire et cultuel polythéiste qui abrite la Kaaba et accueille des pèlerinages donnant lieu à de grands rassemblements, notamment au cours des trêves, coïncidant avec la tenue d’importantes foires38.

La tradition musulmane présente une Arabie préislamique misérable et anarchique appelée l’« Âge de l’Ignorance », traduisant une période de crise, d’appauvrissement et de dérèglements qui a probablement existé mais seulement pendant quelques dizaines d’années avant l’hégire39. Des populations nouvelles auraient alors pris la place de populations plus anciennes, dispersées ou disparues. À La Mecque, c’est Qusay qui, ayant uni les différentes tribus qurayshites au début du vie siècle40, prend le contrôle de la ville, six générations avant Mahomet41.

À la veille de l’islam, la ville est passée de la domination du clan Hashîm et de la tribu Quraysh, au sein duquel Mahomet voit le jour, à celle du clan Umayya42 qui a bénéficié du commerce caravanier renaissant43.

Sur le plan religieux, la tradition atteste du polythéisme mecquois des qurayshites dont le panthéon se compose d’idoles que l’on trouve dans l’enceinte sacrée — le Haram — panthéon dominé par le dieu ancestral Hubal, accompagné de Manaf (en), Isaf et Na’ila (le culte de Isaf et Na’ila) 44. S’y superposent les divinités propres à l’association cultuelle, dite Hums, qui unit les tribus d’Arabie occidentale au sanctuaire mecquois45; on compte parmi elles Allâh46 — dieu qui a pour sanctuaire la Kaaba et qui donne la victoire à Quraysh lors de la « campagne de l’Éléphant » — ainsi que les déesses Allât, al-Uzzâ et Manât, ces dernières n’ayant ni idole ni sanctuaire dans la ville44.

À l’époque de la naissance de Mahomet et à l’instar du paganisme arabe ancien, le polythéisme mecquois est en déclin, et il semble que les principales références intellectuelles et culturelles de la région soient essentiellement juives et issues des différentes confessions chrétiennes, ce qu’atteste notamment la familiarité des auditeurs de Mahomet avec les récits bibliques47. À côté de l’adoption de cultes monothéistes existants, on constate également une tendance à adapter les cultes anciens à l’exigence monothéiste, tout en conservant les formes ancestrales de la religiosité locale, une tendance dont relèvent plusieurs réformateurs religieux parmi lesquels Mahomet48.

Bien que la région autour de la Mecque soit complètement aride et déserte, selon la tradition musulmane, la cité était riche, et la plus riche parmi les tribus installées dans cette partie de l’Arabie, grâce au puits Zamzam, dont l’eau a toujours été abondante et à sa position géographique sur la route des grandes caravanes. Au ve siècle, les Quraychites auraient pris le contrôle de la Mecque pour devenir des marchands et commerçants très habiles. Jusqu’au début du viie siècle, le dieu principal de la mythologie arabe est Hubal49.

Toujours selon la tradition, La Mecque était une place commerciale importante sur la route reliant le Yémen à la Mésopotamie. Les Quraychites participèrent au commerce lucratif des épices au vie siècle. La route des épices de plus en plus menacée sur mer (piraterie) s’était déplacée sur des voies terrestres plus sûres. La Mecque devint un important centre de commerce surpassant les villes de Pétra (Jordanie) et Palmyre (Syrie)50.

Ce lieu d’échanges aurait été à l’origine d’alliances entre les marchands de la Mecque et les tribus nomades qui commerçaient par caravanes de chameaux avec des villes de Syrie et d’Irak auxquelles ils apportaient du cuir, du bétail et des métaux qu’ils tiraient des mines locales dans les montagnes. Des récits historiques confirment le passage des marchandises venant d’Afrique et d’Asie (médecines, tissus, épices, cuirs, esclaves) grâce à des accords commerciaux avec les Byzantins et les Bédouins qui rapportaient des céréales, du vin, des armes ensuite redistribués en Arabie51.

Selon la Sunna, c’était aussi une ville sacrée du paganisme arabe, la Kaaba étant vénérée pour les idoles qu’elle contenait, dont la Pierre noire. Les pèlerinages étaient l’occasion de rassemblement pacifique entre les clans nomades qui, le reste du temps, s’affrontaient fréquemment. Une fois par an avait lieu un pèlerinage qui rassemblait les tribus nomades afin de célébrer les différentes déités arabes. Cet événement permettait le développement des relations sociales et des foires. S’est créée ainsi une notion d’appartenance et d’identité qui a fait de la Mecque un endroit important dans la péninsule. À la fin du vie siècle, le commerce de la Mecque était à son apogée et représentait le pouvoir principal qui liait les habitants de la péninsule arabique52.

Le royaume d’Axoum, conduit par le général éthiopien chrétien Abraha tente d’envahir La Mecque mais ses troupes sont décimées par la peste. Les tribus menacées craignant une nouvelle attaque font appel au roi perse Khosro Ier : l’intervention des Sassanides en 575 fait échouer une nouvelle tentative d’invasion53. Les études sur cette expédition montrent qu’elle ne concernait pas directement la Mecque mais est « passé de l’histoire arabe préislamique dans la tradition mecquoise plus tardive qui s’en empara, la transforma en légende et s’en servit pour accroître la gloire de la Mecque préislamique. »36